LostWinds

07/06/2008
Lors d'une promenade, le jeune Toku tombe accidentellement dans une caverne où il fait la connaissance d'Enril, l'esprit du vent. Celui-ci lui apprend qu'une menace plane sur son monde, un esprit maléfique autrefois emprisonné préparant son retour. Toku et Enril se mettent donc en quête des différents pouvoirs du vents et des fragments de mémoire de Déo, replica omega watches le sage du village.

LostWinds ne dure que trois heures, sans que l'on sache très bien si c'est un défaut ou une qualité. Développé par une équipe réduite menée par le vétéran David Braben (Elite), le jeu symbolise à la fois les ambitions de Nintendo pour son service WiiWare (proposer des jeux inédits à prix modeste) et celles de son développeur d'exploiter la manette de la Wii dans un titre original.

Par son style graphique à base de textures cartoon et de cerisiers en fleurs, LostWinds rappelle Okami auquel il emprunte la jouabilité à deux dimensions (déplacement du personnage et pouvoir divin, le pinceau dans Okami, l'esprit du vent ici) et la logique des énigmes (tracer une ligne d'une torche vers une porte végétale, replica patek philippe watches arroser des graines etc.). L'importance du vent renvoie également à The Wind Waker. LostWinds, clairement construit comme un jeu d'aventure à la Zelda, avec son village central, ses donjons et pouvoirs à débloquer, souffre de la comparaison en terme de richesse. L'optique de développement n'est pas la même, mais la fin on ne peut plus ouverte donne une nette impression d'ébauche inachevée.

L'équipe de Frontier maîtrise donc son concept avec trois heures sans fausse note, mais son titre (qui aurait très bien pu sortir sur PS2, soit dit en passant), pas si original que ça, doit encore faire ses preuves sur la longueur.


Laurent


 
Rechercher :